Walt Disney :: Si tu peux le rêver, tu peux le réaliser !

Pour faire un gâteau, tu auras besoin d’un moule bien dur, ainsi que d’une pâte malléable, et enfin d’un four chauffé par un feu dévorant. Pour accomplir l’extraordinaire, commence d’abord par en faire une scène purement mentale, puis ajoutes-y de l’émotion pour en faire un rêve, et enfin passe à l’action pour le manifester dans la réalité. Et voici la question la plus importante au monde : « comment rêver ? »




En premier lieu, tu dois concevoir mentalement une scène colorée que tu considèreras comme un idéal de perfection, une scène que nous appellerons « le moule ». Cette scène mentale, ce moule, donnera forme à ton futur. A titre d’exemple, moi je voulais des longs métrages d’animation, j’ai donc projeté Blanche Neige sur l’écran de ma conscience, longtemps avant qu’elle n’apparaisse dans les salles de cinéma. Voilà toute la puissance du moule ! Mais il y a une différence entre un moule fait de papier et un moule fait d’acier : le moule fait de papier s’envolera en fumée dès lors qu’elle sera mise au four, tandis que le moule en acier restera imperturbable jusqu’à la cuisson complète. Et voici le secret : plus tu contempleras la scène, plus elle passera de papier à acier, elle se durcira pour être capable de pleinement jouer son rôle de moule. Ainsi, je te conseille de passer plusieurs heures par semaine à contempler intérieurement la scène que tu désires manifester, c’est l’étape de construction du moule.

Sauf que construire le moule ne suffit pas, il faut y faire couler la pâte. En d’autres termes, concevoir une scène purement mentale ne suffit pas, il faut transformer la scène en rêve. Pour cela, dès que le moule est assez dur, c’est-à-dire lorsque tu seras capable de réciter par cœur une description détaillée de ta scène, passe au stade supérieur : anime ta scène avec les émotions adéquates. Lorsque j’ai été capable de revoir Blanche Neige mille fois dans ma tête, j’ai commencé à ressentir volontairement la joie des enfants et l’étonnement des adultes en train de regarder le long métrage : je riais parce que les enfants rient devant la comédie des sept nains, je m’émerveillais parce que les adultes s’étonnent devant les prouesses techniques du tournage. J’étais le premier enfant à rire et le premier adulte à m’étonner en regardant Blanche Neige avant même que le premier dessin ait été esquissé sur papier… je faisais couler la pâte dans le moule.

Et maintenant que tu as assez rêvé, réveille-toi calmement, et va d’un trait jusqu’au bout de ton rêve sans jamais te laisser décourager. En d’autres termes pour rester fidèles à notre allégorie : lorsque tu auras fait couler la pâte dans le moule, mets le tout au four, et laisse le feu de l’action exercer sa magie. Si tu rêves sans agir, tu n’es qu’un rêveur, et il se peut que ton rêve se réalise car le rêve porte en lui-même toute la force nécessaire à sa réalisation : c’est une voiture qui produit sa propre essence, c’est un ouvrier qui paie son propre salaire. Mais si tu rêves puis agis, tu es un visionnaire, et ton rêve se réalisera de manière inévitable car l’action mobilise les forces créatrices pour les soumettre à ta volonté : c’est le conducteur de la voiture, c’est le patron de l’ouvrier.

Voilà comment j’ai dessiné la souris la plus célèbre de l’histoire, produit les premiers longs métrages d’animation, et créé le premier parc à thème au monde : un moule au départ flou, mais durci par la contemplation répétée, puis rempli par la substance des émotions, et enfin extériorisée dans le monde par le feu de l’action. Tu sais tout à présent… commence maintenant à rêver ton futur, car si tu peux le rêver, tu peux le réaliser !