Albert Einstein :: Le syndrome de la mouche



Avant de répondre à la question « comment réussir sa vie ? », j’aimerais vous amener à une interrogation préalable : « quand dit-on qu’untel a réussi sa vie ? » Prenons le cas bien connu de Gautama Siddharta qui a abandonné le royaume de son père pour vivre dans la pauvreté avec une obsession en tête : atteindre l’illumination. Et même s’il n’était pas un grand roi, tout le monde s’accordera pour dire qu’il a réussi sa vie car aujourd’hui le monde l’appelle le Bouddha et des milliards de gens vivent selon ses préceptes. Si vous suivez mon raisonnement, vous en conclurez que « réussir sa vie » n’échappe pas à la théorie de la relativité : réussir sa vie, ce n’est pas réaliser les rêves communs à toute la société, c’est plutôt se poser un objectif personnel et l’atteindre. Si vous vouliez être ingénieur mais que vous avez fini peintre, vous avez échoué. Par contre, celui qui voulait peindre, et qui s’est fait un nom dans ce domaine, a réussi. C’est aussi simple que ça, et une fois que vous l’aurez compris, vous pourrez vous fixer de vrais objectifs, et vous aurez alors fait la moitié du chemin. Vous pourrez à ce moment vous poser la question suivante, à savoir : « comment réussir sa vie ? »


Deux mouches veulent s’échapper d’une maison : l’une est ordinaire tandis que l’autre est un génie. La mouche ordinaire fait beaucoup de bruit et tape contre la vitre en espérant ainsi la briser pour sortir de la maison, alors que la mouche intelligente cherche silencieusement une fenêtre ouverte pour s’échapper facilement. C’est ainsi que se comportent la plupart des gens : ils font tous les jours les mêmes choses mais espèrent obtenir un résultat différent. Quelle est cette chose qu’ils ne cessent de répéter ? C’est de chercher à tout prix l’acquisition des signes extérieurs de richesse, c’est ce qu’ils appellent « le succès ». Mais moi je l’ai dit et je le redis toujours : n’essayez pas de devenir un homme qui a du succès, essayez plutôt de devenir un homme qui a de la valeur. Qu’est-ce que cela signifie ? Un étudiant qui a du succès est un étudiant qui a de bonnes notes, peu importe s’il a vraiment assimilé ses leçons dans sa mémoire à long terme, ou s’il a seulement utilisé sa mémoire à court terme pour faire face aux examens. Mais un étudiant qui a de la valeur est un étudiant qui se passionne pour ses études, qui trouve du plaisir dans ce qu’il fait, qui s’amuse en travaillant, et qui va donc être porté par une dynamique intérieure le poussant à atteindre l’excellence. Vous pouvez voir cela sous la forme d’une équation : soit A un succès dans la vie. Alors A = x + y + z, où x = travailler, y = s'amuser, z = se taire. Pourquoi se taire ? Parce qu’il vaut mieux mener vos projets en silence, votre triomphe se chargera du bruit : acta non verba.

Hélas, il y a sur Terre bien plus de mouches ordinaires que de mouches intelligentes… Tout le monde – ou presque – fait partie du troupeau pour se conformer au standard commun. Et pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton. Vous comprendrez cela lorsque vous aurez su tracer votre chemin, et vous saurez alors comme moi que les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres. Tous les grands inventeurs de l’histoire en ont fait les frais, car inventer c’est penser à côté, et donc sortir du lot. Mais vous n’arriverez à rien d’intéressant si vous ne prenez pas votre courage à deux mains pour franchir le seuil du communément acceptable, seuil qui, lorsque vous l’aurez franchi, vous fera connaître la grande solitude des génies de ce monde, vous saurez alors ce que c’est que d’être seul face à l’absolu. C’est le signe que vous avez véritablement réussi votre vie, sans demi-mesure.